Récit de Marie-Claire et vidéo de René : Croisière "Iles Anglo-Normandes" Août 2019...

samedi 7 septembre 2019

Croisière "Iles Anglo-Normandes" Du vendredi 23 au vendredi 30 août 2019

Cliquez ici pour retrouver la vidéo de René concernant le 1er équipage : Jérôme BEUCHER, Patrick BOQUIN, René GARNIER, Murielle SAVELON et Françoise

Equipage n° 2 : Denis RABOZZI, Jean CHABROL, Luc BETEGNIE, Marie-Claire GRAR et Pierre PARIS

Bateau : "ROCHE DU SOLENT", Sun fast 37 Chantier Jeanneau, Longueur 10,95 m, Largeur 3,70 m, Tirant d’eau 2,07 m, Poids 2,040 t

Récit de Marie-Claire

  • Vendredi 23/08/2019 : Arrivée à Granville
    • L’heure du départ a sonné, nous nous sommes donné RDV à l’AVS à 10h00, il faut répartir sept passagers et les bagages dans deux voitures, les quatre autres équipiers nous rejoindront sur place.
    • Je ferai la route avec Denis et Marie qui profitera de cette semaine de liberté pour croquer à sa guise avec son amie à terre. Les 4 heures du voyage s’égrainent à toute vitesse, une petite pause déjeuner ensemble sur une aire d’autoroute et nous voilà déjà arrivés à destination. Prêts pour cette croisière qui nous fait rêver depuis l’inscription du mois de janvier.
    • Il est 17h, nous prenons vite possession de nos deux bateaux, cette année nous aurons des Sun Fast 37 loués chez Grune Sec. Mon équipage est composé de Denis, skipper, Jean son second, Luc, Pierre et moi-même. Je pars pour ma deuxième croisière en toute confiance avec ces participants aguerris.
    • L’autre équipage est composé de Jérôme, skipper, Patrick son second, handicapé momentanément par une fracture du bras, Gilles, René, Murielle et Françoise.
    • Les bateaux sont davantage équipés pour la compétition que pour la croisière. Lorsque nous faisons l’inventaire de la batterie de cuisine il faut nous rendre à l’évidence, nous ne disposerons que du strict minimum, un seul saladier, une marmite et deux casseroles, on fera avec.
    • Nous répartissons les cabines, le choix est vite fait, Denis dormira comme à son habitude dans le carré, Jean et Luc partageront la même cabine et Pierre et moi les deux cabines restantes.
    • Nous remplissons les équipets et le frigo avec les courses achetées avec Denis avant le départ, une liste type de menus ayant été élaborée pour cibler les repas en concertation avec les membres de l’équipage.
    • Nous prenons le traditionnel apéritif ensemble, Denis annonce le programme du lendemain, et chacun regagne son bateau pour le diner et se préparer pour la nuit.
  • Samedi 24/08/2019 : Granville – Jersey en passant par Chausey (32 mn)
    • Je me réveille à 6h après une nuit plutôt agitée, changement de lit et excitation du programme qui nous attend.
    • Le départ est fixé à 11h00, il faut d’une part attendre l’ouverture des portes et d’autre part que le niveau d’eau soit suffisant pour laisser sortir le bateau, soit 2,40 m. Ça serait dommage de taper dès le premier jour ! Ça nous laisse donc tranquillement le temps de nous préparer, douche dans les sanitaires du port, petit déjeuner en commun et préparation du bateau.
    • Les portes ouvrent 3h avant et après la pleine mer, un affichage lumineux indique la hauteur d’eau à l’entrée du port.
    • Denis me demande de faire la manœuvre de port, ça commence fort. Je laisse partir le bateau de Jérôme pour avoir plus de place et commence une marche arrière, à quatre mains avec Jean, mieux vaut être prudent !
    • Le soleil est au rendez-vous, il y a peu de vent et la mer est calme, nous mettons les voiles dès la sortie du port, je suis à la barre, le bateau prend rapidement de la vitesse, il gite légèrement, mais trop à mon goût ! Je ne suis pas sereine du tout, j’ai encore, un peu trop présent en mémoire un dessalage en Déclic (petit dériveur) pour lequel je n’ai toujours rien compris. Denis doit me rassurer, je ne risque rien, je lui fais confiance.
    • Bientôt le vent n’est plus suffisant, nous devons mettre le moteur, peu importe car Denis envisage de nous faire passer à travers les iles Chausey par le chenal Beauchamp. Il s’agit d’un chenal étroit plutôt bien balisé à travers un « champ de cailloux ». La difficulté réside dans le fait qu’il faut bien repérer les balises cardinales les unes après les autres, mais les effets de perspectives peuvent nous faire douter, heureusement que nous sommes équipés de GPS, l’œil rivé sur le sondeur.
    • Mission accomplie, c’est une première pour Denis, tout l’équipage n’est pas peu fier !
    • En sortant du chenal, le vent commence à souffler, nous pouvons mettre les voiles et faisons notre pause déjeuner. Nous prenons la barre à tour de rôle. Denis tente de mettre sa ligne de pêche à l’eau, 1 maquereau accepte de mordre à l’hameçon, nous le partagerons le soir, cuit dans du citron. La route que j’avais tracée en mars à la demande de Denis se superpose à celle effectuée, trop bien ! Grâce à la documentation prêtée par Denis j’ai pu étudier la carte, prendre des notes sur les routes et les différents ports et comparer mon travail avec ce qu’il nous propose pour cette semaine.
    • Le trajet se poursuit tranquillement jusqu’au port Saint-Hélier de Jersey où nous arrivons à 17h, sommes accueillis par un placier qui nous fait nous mettre à couple dans l’avant-port. Nous serons six bateaux attachés les uns aux autres pour la nuit. Les règles de bonne conduite demandent de traverser les bateaux par l’avant afin de ne pas déranger. Nous avons tout de même accès au réseau électrique mais il nous faudra réenclencher le courant toutes les heures.
    • Une chape de plomb s’abat sur nous à l’arrivée nous obligeant à mettre short et tongs, un petit clin d’œil à tous ceux qui n’ont pas voulu faire cette croisière, ayant peur d’avoir froid.
    • Le port est encaissé dans de hauts murs, dans un cul de sac, c’est un peu lugubre, mais nous ne sommes là que pour une nuit. Il faut contourner l’avant-port et tout le port pour se rendre aux sanitaires, mieux vaut ne pas être pressé.
  • Dimanche 25/08/2019 : Jersey- Guernesey (27,6 mn)
    • Départ 9h00, tous les bateaux de notre rangée à couple partent en même temps. Le temps est très ensoleillé, il y a du vent, nous quittons le port par le sud pour contourner l’île assez au large. Nous sommes au près, le bateau gite bravement et faisons 8 nœuds. Je suis à la barre sur la première partie du trajet jusqu’au virement de bord, les courants sont contre nous mais ne sont pas trop forts. Après le virement de bord, les courants nous poussent vers Jersey, impossible de garder le cap. On décide refaire un virement de bord, pour constater, grâce à la trace laissée sur le GPS que nous sommes en train de faire demi-tour. Nous devons donc remettre le moteur et en profitons pour déjeuner, juste au moment où de curieuses sensations de nausées s’installent. Je décide de les ignorer et mange ma salade de pomme de terre qui sera rendue aux poissons très rapidement.
    • Dans l’après-midi, le ciel s’assombrit, j’enfile combinaison et veste de quart, me voici bien équipée pour essuyer le petit grain qui nous tombe dessus, mais sous lequel le vent se lève. Denis estime que nous allons pouvoir profiter de la renverse des courants et pouvoir avancer d’un bon pas. Nous rattrapons la route fixée sans tirer de bords. Guernesey est en vue depuis longtemps et se rapproche peu à peu. Nous passons à côté de Sark qui sera notre prochaine destination. Pierre est intrigué par deux petits points noirs que l’on distingue à coté de casiers. Ce sont des phoques qui doivent se régaler de ce repas improvisé. Le ciel s’est dégagé depuis un moment lorsque nous entrons dans le port de Guernesey. Il fait ici aussi très chaud, nous ressortons les shorts.
    • Nous sommes très gentiment accueillis par le placier qui nous escorte jusqu’à notre emplacement où nous pourrons nous mettre à couple avec le bateau de Jérôme qui ne tardera pas à arriver, ça sera pratique pour l’apéro de ce soir.
    • Arrivés à 16h, nous avons largement le temps de faire une balade. Denis et Luc me servent de guide, nous passons devant la maison de Victor Hugo où il vécut en exil et sillonnons les rues de cette petite ville charmante.
  • Lundi 26/08/2019 : Guernesey- Sark- Guernesey (13 mn)
    • Nous quittons le port à 10H30, Aujourd’hui nous ferons une petite navigation jusque Sark, aller-retour. Il y a peu de vent, la mer est calme, nous avançons au moteur mais le courant nous pousse vers le large, nous obligeant à corriger notre cap. Nous apercevons un groupe de dauphins qui ne veut pas trop s’approcher mais qui régale nos yeux tout de même.
    • Arrivés au mouillage du Havre Gosselin, nous nous mettons à couple sur une bouée, sans savoir si elle est réservée aux visiteurs. Nous nous trouvons dans une petite crique qui n’a rien à envier aux calanques de Marseille, d’autant plus que le soleil est radieux.
    • Nous gonflons les annexes, pique-niquons sur le bateau et nous voilà partis à la découverte de cette petite île où les voitures sont interdites. Seuls circulent tracteurs et voitures à cheval. Pierre reste à bord pour surveiller les amarres en cette marée montante.
    • Nous traversons l’ile d’ouest en est et découvrons « Port Creux » où Murielle et Françoise décident de se baigner (eau à 18°). Notre randonnée passe également par la coupée un petit pont en hauteur qui relie les deux petites îles. Le point de vue est sûrement magnifique, mais le brouillard commence à s’installer et nous bloque la vue. Il est temps de rentrer.
    • Le retour se fera à la voile dans un brouillard à couper au couteau. On ne perçoit que le son des balises et autres phares. Impossible de localiser les bruits, nous nous dirigeons grâce au GPS. Que faire sans ce précieux outil ? La trace laissée sur le GPS est le témoin de notre difficulté.
    • Arrivés au port, nous nous mettons à couple avec un bateau anglais et nous nous préparons pour le restaurant, "fish-and-ships" au menu, il fallait bien ça !
  • Mardi 27/08/2019 : Guernesey- Saint Cast (51 mn)
    • Départ à 7h30 - Nous démarrons à l’heure prévue et pouvons mettre les voiles dès la sortie du port. Le jour se lève à peine, le ciel est chargé et nous essuyons une petite averse, mais il ne fait pas froid et tout le monde est bien protégé. Nous naviguons tout d’abord vent de travers sur une mer calme.
    • Pour cette longue navigation, on organise un atelier « cuisine ». Denis et Pierre épluchent des pommes pour la réalisation d’un crumble. Je descends préparer la pâte et en profite pour en préparer une pour la tarte au sucre. Le bateau tangue pas mal et très vite il me faut remonter à la surface pour enrayer une nausée débutante.
    • Denis descendra ensuite pour terminer les préparations, salade de pomme de terre, enfourner le crumble, puis la tarte au sucre. Un vrai cuistot !
    • Sur le pont Jean peaufine les réglages des voiles, il y a toujours un petit truc à ajuster pour améliorer le rendement, il a l’œil !
    • Dans l’après-midi nous avons le vent dans le dos, il n’y a pas une minute à perdre, il faut envoyer le spi !! Je suis toujours impressionnée par la beauté de cette voile et sa capacité à faire propulser un bateau. Je suis à la barre pour l’envoi, la préparation minutieuse et efficace de Denis et Jean permet le succès de l’opération, Luc au piano et Pierre au winch. Belle performance et beau travail d’équipe !
    • Nous avançons à 5-6 nœuds jusqu’à ce que le vent tourne à 10mn de Saint-Cast où nous devons affaler le spi et reprendre au génois.
    • Arrivés à 19h, il fait beau, le port très récent dispose de sanitaires confortables.
  • Mercredi 28/08/2019 : Saint-Cast - La Rance - Saint Malo (Bassin Vauban) 22mn
    • Départ 7h00 – Nous faisons route au moteur jusqu’au barrage de la Rance, le jour se lève tout doucement, nous nous amusons à réviser la signalisation lumineuse. Nous arrivons à l’écluse à l’heure prévue. L’écluse ouvre à chaque heure pleine, il faut être là 20 minutes avant. Nous prenons une bouée pour attendre le feu vert et préparons le bateau avec pare- battages et amarres. Dans l’écluse tous les bateaux s’encastrent les uns dans les autres, chacun doit être vigilant à bien protéger son bateau, c’est un joli capharnaüm mais nous ne sommes pas très nombreux. Le remplissage de l’écluse est rapide et nous sortons sur la Rance.
    • Une jolie balade dans un décor idyllique, les lumières et les paysages sont sublimes. Nous pouvons mettre les voiles, je ne l’aurai pas imaginé. C’est un magnifique terrain de jeux pour s’amuser. Denis et Jean s’éclatent à nous faire tirer des bords toutes les deux minutes et régler finement les voiles. Ils sont vigilants au comportement des voiles pour réagir au quart de tour. Luc est à la barre et s’amuse tout autant.
    • Nous faisons une manœuvre de mise à la cape et constatons que le courant nous ramène rapidement vers une bouée que nous avions eu tant de mal à passer, il est temps de remettre le moteur pour garder le contrôle de la situation. Nous allons au plus loin de ce qu’il est possible de faire avec notre tirant d’eau. Nous passons sous deux ponts, impression très étrange d’imaginer le mât si près de la construction.
    • Demi-tour pour reprendre l’écluse du barrage à 18h dans laquelle nous ne serons que trois bateaux. Nous nous dirigeons vers Saint Malo, au port Vauban où nous arriverons à 19h comme prévu pour un nouveau passage d’écluse et entrer dans le port. Trop fort Denis !
    • Habituels rangements du bateau, préparation du repas et prenons l’apéro ensemble dans un environnement royal.
  • Jeudi 29/08/2019 : Saint Malo - Pointe du Grouin - Saint Malo (Les Sablons) 29mn
    • Départ 8h45 pour passer l’écluse à 9h, au moins 8 bateaux sont avec nous, je suis à la barre.
    • Dès la sortie de l’écluse nous mettons les voiles pour nous engager dans le chenal de la Bigne. Il y a peu de vent, nous devons tirer des bords, nous avançons tranquillement et bientôt nous devons mettre le moteur car les courants sont contre nous. Denis en profite pour mettre sa ligne à l’eau et vite ramener du maquereau. Au total nous en aurons 6 à cuire au vin blanc et nous régaler le soir.
    • A la Pointe du Grouin nous trouvons un joli petit mouillage pour pique-niquer avec vue sur le Mont Saint Michel excusez du peu !!
    • Françoise sur le bateau de Jérôme décide de se baigner, bien attachée à un bout, elle prendra conscience de ce que le mot courant signifie.
    • Le bateau de Jérôme tente ensuite de s’engager dans une petite passe mais les courants trop violents lui font très vite faire demi-tour. Nous referons le même parcours qu’à l’aller mais les forts courants du remplissage de la Baie du Mont Saint Michel imposent une grande vigilance pour passer les balises et garder le cap.
    • Ce n’est qu’à l’approche de Saint Malo que nous pouvons mettre les voiles. L’arrivée près du port se fera même sous spi. Luc à la barre a pensé que nous entrerions au port à la voile car nous avons tout affalé in extremis ! Mais c’est sans compter sur l’expérience et la dextérité de notre chef de bord !
    • Arrivée à 20h15, dernier apéro sur le bateau de Jérôme.
  • Vendredi 30/08/2019 : Saint Malo - Granville (25.5 mn)
    • Lever à 6h45 pour profiter du lever de soleil. Le port est silencieux, le ciel est dégagé, les couleurs dégradé de bleu-violet sont magnifiques, il fait très doux, je me délecte du spectacle.
    • L’équipage se met en route tout doucement, nous prenons le petit déjeuner ensemble. Initialement Denis avait pensé nous faire partir à 9h00 pour passer par Chausey, se mettre au mouillage du Sound mais les horaires de marées ne correspondaient pas, il nous aurait fallu attendre et faire des ronds dans l’eau à l’approche de Granville. Les portes du port n’ouvrant qu’à 17h34.
    • Il est donc décidé un départ à 11h, nous en profitons pour ranger le bateau, tout nettoyer et lessiver le pont, à notre arrivée il restera le plein à faire et quelques finitions, le choix est judicieux.
    • Tout le monde s’active joyeusement, jouer avec le tuyau d’arrosage est trop tentant par ce beau temps !
    • A 11h00, départ de Saint Malo, Jean est à la barre, au niveau de l’ile de Cézembre nous mettons les voiles. Il n’y a pas beaucoup de vent Est/Sud Est, les courants sont contre nous. Denis pensait nous faire passer par Chausey pour voir l’archipel une dernière fois mais nous devons tirer des bords et le retard que nous prenons nous oblige à changer de programme, nous irons directement à Granville.
    • Au fil du temps qui passe, nous devons admettre une évidence, nous ne serons jamais à l’heure prévue à Granville, le GPS annonce même une arrivée à 22h !!
    • Nous faisons tout au moteur, il y trop peu de vent et les courants sont trop forts, la tension à bord se ressent, il n’est pas facile de naviguer avec un impératif horaire, il y a tellement de données imprévisibles en mer !
    • À 16h a lieu la renverse du courant, accompagnée par un vent qui monte en puissance gentiment, je suis à la barre, nous pouvons enfin arrêter le moteur et mettre les voiles. Il nous reste environ 13 mn à parcourir. Nous pouvons filer au près à 8 nœuds. C’est grisant ce bateau qui gite et qui glisse en parfaite ligne droite jusqu’à Granville. Nous constatons avec plaisir que le GPS revoit sa copie et affiche l’heure d’arrivée à 17h30 !! Denis retrouve le sourire, bravo Capitaine.
    • Nous arrivons effectivement pile à l’ouverture des portes. Le temps d’affaler les voiles, ranger les bouts, les 2,50 m d’eau nécessaires sont atteints. Nous pouvons entrer au port pour faire le plein et donner un dernier coup de chiffon afin de confier notre bateau au nouvel équipage qui nous attend sur le ponton.
    • Un petit pot ensemble avant de se séparer et reprendre nos routes chacun de notre côté, la tête pleine de magnifiques souvenirs.
  • Merci à mon équipage pour cette belle semaine
  • Merci pour votre envie de partager votre expérience
  • Merci pour votre bonne humeur.
  • Total parcouru : 200 mn
    Marie-Claire

Concours photographique : Luc BETEGNIE


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 42 / 141597

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Photos, récits et articles   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.0 + AHUNTSIC

Creative Commons License